Rechercher

LA PARENTALITÉ CONSCIENTE (partie 3) ou la capacité à endurer la souffrance pour le bien de l'autre.

Je poursuis sur ma lancée sur le sujet de la parentalité consciente.


J’ai eu de supers retours sur ce thème (même de la part de plusieurs papas :)).


Quand j’ai tapé sur google “parentalité consciente”, voilà les grands principes qui sont ressortis :


Soyez dans la réflexion (ceux qui me connaissent SAVENT que j’adoooore celui-là).


Remettez vous en question (celui là aussi d’ailleurs :)


Restez concentrée sur vos objectifs à long terme.


Mettez votre relation en premier.


Changez votre façon de voir et pas seulement votre façon d'agir.


Favorisez le respect (quoi qu’il arrive) et surtout le respect de vous-même.


Parlez moins, demandez plus.


Tenez compte de l'âge de votre enfant (toujours).


Ne vous contentez pas inutilement de répondre un “non” isolé quand votre enfant vous demande quelque chose.


Soyez flexible plutôt que rigide….


Ne soyez pas pressée. Ralentissez……………...


Okay…. MAIS, cela reste de la théorie, non ?


La réalisation de ces grands principes dans notre quotidien est une histoire complètement différente.


Si on reprend quelques-uns de ces points, non pas de manière idéaliste, mais d’un point de vue pratique :


> La capacité de réflexion nécessite du temps seule (ou au moins un silence occasionnel).


Bon…. Celui-là, avouons-le nous !


Il est difficile à tenir quand on est parent.


Mais je vous rassure tout de suite, ça se travaille.


> La capacité de rester concentrée sur nos objectifs à long terme exige que nous ne gérions pas des besoins immédiats constants et des crises relativement fréquentes.


> La capacité de donner la priorité à notre relation nécessite qu'il y ait suffisamment d'argent pour nous empêcher de stresser à propos du loyer et de la nourriture dans notre assiette....


> La capacité d'être respectueuse exige que nous dormions suffisamment…


Bon. Celui là encore est très aléatoire pour ma part.


Théa qui a maintenant 3 ans se réveille toujours au moins 1 fois/ nuit.


Et ça se termine souvent dans mes bras.


J’ai même eu un temps où j’angoissais à l’idée de me rendormir en sachant que j’allais être réveillée en sursaut.


> La capacité à ne pas être pressée exige que nous ayons une culture qui valorise la présence et le bien-être plutôt que la productivité et l'efficacité


(Vous avez dit pleine conscience ? ;)


Au final, chacun de ces points décrit le contraire des réalités quotidiennes de la plupart des mères.


S'attendre à une conscience accrue, à un travail émotionnel accru et à un investissement quotidien accru en temps et en énergie de la part de personnes surmenées, privées de sommeil, épuisées sur le plan émotionnel et même sous-estimées dans la plupart des cultures, c'est perpétuer le récit selon lequel la valeur d'une mère est basée uniquement sur elle.


Et bien non !


La mère n’a pas à être seule…


Elle peut être entourée de son/sa partenaire, de sa famille, de ses amies, de praticiens, de coach ;) Je le répète : La mère n’a pas à être seule.


Ce sujet vous parle ? Laissez un commentaire :)

C’est toujours enrichissant pour tout le monde et ça fait avancer les consciences.


Je n’en ai pas fini avec ce sujet. J’ai décidé de publier mes newsletters chaque mardi matin (je vais essayer de m’y tenir). Alors à mardi et, en attendant, prenez bien soin de vous et de vos enfants !! (mais surtout de vous). C’est le meilleur cadeau que vous pouvez faire à votre enfant !


A très bientôt,


Anaïs


Vous voulez approfondir le sujet ? Allez-voir mes autres articles :


* LA PARENTALITÉ CONSCIENTE (partie 1) et son problème dans une culture inconsciente.

* LA PARENTALITÉ CONSCIENTE (partie 2) Et si la parentalité consciente n’était qu’un idéal ?

* LA PARENTALITÉ CONSCIENTE (partie 3) ou la capacité à endurer la souffrance pour le bien de l'autre.

* Et plein d’autres articles encore…


****************************************************************************************************************


Annonces et offres :


  • Envie d’un accompagnement individuel ? Si vous pensez pouvoir bénéficier d'un soutien sérieux pour naviguer dans la maternité consciente et créer une réalité plus autonome et épanouissante pour vous-même, je serais honorée d’en parler avec vous. Envoyez moi un message ICI pour savoir si c’est fait pour vous.


  • Pour plus d'informations sur mon travail et/ou pour vous inscrire, cliquez ICI. Ça peut vraiment aller mieux et vous n'avez pas à y aller toute seule ;)


  • Inscrivez-vous à la newsletter pour recevoir votre dose d'inspiration, de libération, de clarté et de communauté directement dans votre boîte mails et soyez les premier.es à connaître les dernières offres et plus encore. C’est par ICI.


7 vues0 commentaire