Rechercher

LE BONHEUR EN NATUROPATHIE

Mis à jour : mai 10


Le sujet est un peu loin de la naturopathie pure et dure mais finalement pas si loin que ça… Sujet qui m’importe beaucoup en ce moment d’introspection/confinement/covid 19, selon moi, être en bonne santé ça fait aussi partie du bonheur ;) Alors je décide de faire mon premier article sur le bonheur.


Avant de poursuivre, je souhaite remercier Gwendoline Konc qui m'a suggéré de regarder le film "C'est quoi le bonheur pour vous". Une série de vidéos filmée par Julien Peron à travers le monde autour d'une question fondamentale "C'est quoi le bonheur ?" ; ce qui m'a amené à me poser moi-même la question.


Partie 1 - C'est quoi le bonheur pour moi ?


Je mets dans ma définition du bonheur la notion de temps. Il y a des moments où je ressens de la gratitude de vivre un moment heureux. C'est à ce moment que je ressens le bonheur. Je le ressens, je le vis et je me le dis. J'avais tendance avant à ne retenir que les moments négatifs, les moments malheureux, les instants douloureux (j'ai mal ici, j'ai mal par là), les moments où je ne me sentais pas bien, où finalement mes pensées négatives avaient beaucoup d'influence sur mon état d'esprit et probablement sur mon état de santé (le fameux "mal-a-dit"). J'ai beaucoup travaillé en développement personnel pour changer cet état d'esprit. Je note aujourd'hui quand je me sens bien et quand quelque chose de positif arrive à moi. Cela ne vient pas de l'extérieur, mais de l'intérieur, de mon ventre, de mes tripes. Je ressens ce bonheur dans mon corps et j'aime à penser que cela rayonne dans chacune de mes cellules.


Qu'est ce qui me procure du bonheur ?


Les petits moments de la vie, des instants passés en famille, les matins au réveil quand mes deux filles nous rejoignent, l'une tétant le sein et l'autre me caressant les cheveux, de jolies couleurs dans la nature, mon compagnon jouant avec les enfants sur la pelouse emmitouflés dans leurs manteaux par ce temps ensoleillé et froid... Mes objectifs me procurent également du bonheur ; ils me permettent de savoir si je suis alignée avec les valeurs que je porte : la bienveillance, l'entraide, la joie, la transmission de savoir, l'éducation positive. Ce n'est pas tant le fait de les atteindre qui me procure du bonheur mais plus les étapes pour y parvenir. Par exemple, ma reconversion professionnelle m'a apportée beaucoup de bonheur. Aujourd'hui, pleinement reconvertie, je peux témoigner que chaque étape a été intense, non dénuée de difficultés, mais chaque difficulté surmontée a provoqué une vague de satisfaction, de fierté et de bonheur.


Et la naturopathie dans tout ça ?


La naturopathie s'occupe de la santé des individus. L'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) définit la santé comme un "état complet de bien-être physique, mental et social", et toujours selon l’OMS, "la naturopathie est un ensemble de méthodes de soins visant à renforcer les défenses de l'organisme par des moyens considérés comme naturels et biologiques". Voltaire disait "J'ai décidé d'être heureux parce que c'est bon pour la santé." Il y a donc bien un lien entre santé et bonheur. On dit d'ailleurs à chaque nouvelle année : Bonne santé/ Bonne et heureuse année... La naturopathie a donc toute sa place pour nous permettre d'accéder au bonheur. Elle agit sur les hormones/neurotransmetteurs ; par exemple : La dopamine, appelée "hormone du bonheur" est un neurotransmetteur qui dirige le système de récompense de notre cerveau ; autre exemple : la sérotonine est un neurotransmetteur stimulant l'humeur particulièrement sensible à l'exercice physique, 3ème pilier en naturopathie avec l'alimentation et la gestion du mental. Aussi, il est possible de stimuler la sécrétion de ces neurotransmetteurs avec l'alimentation adéquate (œufs, banane, avocat, amandes, germe de blé, graines de sésame et de citrouille...). Une bonne gestion du stress permettra également de mieux se focaliser sur les événements positifs de notre vie au lieu de se laisser envahir par le stress et les événements négatifs à l'origine de ce stress (focus sur la cohérence cardiaque, les exercices de respiration, la relaxation avec les bains chauds entre autres et les massages...). Un beau programme pour être heureux, non ? Mais revenons au film...


Partie 2 - Qu'est ce qui m'a touché dans le film ?


Ce qui m'a touché dans le film, c'est que je me suis reconnue dans les valeurs, surtout celui de la transmission de savoir. Cette valeur est apparue à deux moments dans le film :


- Le premier est le fait d'instaurer du bonheur dans le monde de l'entreprise. Effectivement, c'est là que nous passons le plus clair de notre temps lorsque nous sommes salariés. Il est donc important d'être heureux sur son lieu de travail. Or, combien de personnes témoignent qu'ils ne sont pas heureux au travail ? Mon patron m'impose ceci, je stresse, j'ai trop de travail, les conditions sont pas adaptées, je suis assise toute la journée, j'ai des horaires de fou... Être bien dans son corps et bien dans son esprit permettrait aux personnes (ainsi heureuses) d'être plus productives et de travailler dans de bien meilleures conditions. Ainsi : être bien dans son corps par le mouvement, être au contact de la nature pendant les pauses (obligatoires les pauses, hein ! et je ne parle pas de la pause clop' ;)), mettre de bonnes choses dans son corps (de la bonne nourriture ou un accès à la bonne nourriture, qualitative, nutritive, vivante), écouter ses besoins (contrairement à ce qu'on nous a appris enfant) et enfin soigner son mental (avec des outils de gestion du stress entre autre).


- Le deuxième moment où je me suis reconnue dans les valeurs portées par le film, c'est quand il est expliqué, dans le documentaire, que, lorsque le bonheur n'est pas présent pour un parent, son enfant va aller chercher son point de vulnérabilité jusqu'à trouver un ancrage (assez) sécurisant derrière. Ce point fait écho en moi, dans ma vie privée en premier lieu, puisque, maman de deux enfants de 18 mois et 4 ans et demi, j'ai expérimenté cela, et, dans un second temps, dans ma vie professionnelle, puisque, les parents que j'aide à construire une vie saine et équilibrée me relatent souvent leur désarroi face à leurs enfants quand ils ont telle ou telle problématique à gérer. En effet, l'enfant est un buvard et va appuyer là où ça fait mal et justement au moment où le parent n'en a vraiment pas besoin. Rien que de prendre conscience de cela permet de prendre de la hauteur et de se dire "ok, il va là où ça fait mal parce que quelque chose ne me rend pas heureus(e) dans le présent". Intellectualiser permet de se poser les bonnes questions : "pourquoi je ne suis pas heureus(e) ?", "qu'est-ce que je peux faire pour être heureuse ?", "de quoi ai-je besoin ?", "qu'est ce qui est le plus important pour moi en ce moment même ?". Ainsi, notre perception sur la situation change et, de ce fait, nos émotions liées à la situation changent aussi. C'est comme changer de lunettes pour voir différemment. C'est quelque chose qu'on peut enseigner à nos enfants. Cela fait partie des compétences à avoir pour la vie (tout comme l'explique bien le Pr. Ilona Boniwell dans le documentaire) : l'empathie, la bienveillance, comment se comprendre, comment se nourrir, comment gérer son mental (et je fais, là encore, le lien avec les concepts naturopathiques et ses lois biologiques : savoir se nourrir, bien se recharger, bien éliminer, savoir se reposer), mais aussi, comment se motiver, comment se passionner pour quelque chose... Autant de compétences qui nous manquent à nous, les adultes, puisque, en général, personne ne nous l'a enseigné. Alors, aidons nos enfants à découvrir qui ils sont au plus profond d'eux même pour apporter ce qu'il y a de mieux pour eux-mêmes et aussi pour les autres. Et au final, n’est-ce pas ça le bonheur ?

-

***


Pour conclure, je dirai que, pour moi, le bonheur, c'est tout ce qui va me provoquer des picotements dans le ventre et faire en sorte que mes yeux pétillent. Le bonheur, je le consomme, dans le présent, et j'essaie de m'y reconnecter, en y repensant, pour cultiver mon réservoir du bonheur. Dans le documentaire, il est dit que le bonheur dure 1 minute et 30 secondes. Plus on se reconnecte à cette minute et demi, plus on se recharge, plus on se revitaliser... et plus on fait de la naturopathie :) 


Et vous, C'est quoi pour vous le bonheur ? À quelle pensée, à quel souvenir vous pouvez vous reconnecter pour vous recharger ? Cela m'intéresse d'avoir vos retours en commentaires, ici ou là.


À bientôt,


***


Si vous avez besoin d'aide pour y parvenir, je vous propose une séance découverte gratuite pour le programme de coaching santé. J'ouvre de temps à autre quelques créneaux, alors n'hésitez pas à remplir le formulaire de contact ci-dessous ou à me contacter directement par email a.ohorion@gmail.com ou par téléphone au 0625296489. Je me ferai un plaisir de discuter avec vous ;)


"Je prends rendez-vous pour une séance découverte gratuite".

0 vue